Menu Principal

RSS Feed

A+ | A- | Reset
Le Sénégal convaincu par le projet «e-déchets» Version imprimable Suggérer par mail
 
La Cellule Sénéclic de la Présidence de la République du Sénégal a sollicité le FSN pour le financement d’une vaste étude.
 
 
L
e projet sur le recyclage des déchets électroniques au Sénégal a été lancé à Dakar le 10 janvier 2008. Plus d’une centaine de participants de haut niveau représentant la Présidence de la République, les départements ministériels concernés, les organisations de récupérateurs, le secteur privé, les partenaires au développement et les professionnels du secteur, ont assisté à son lancement.

La cérémonie a été présidée par M. Abdoulaye Baldé, Secrétaire Général de la Présidence de la République, qui a souligné l’intérêt du Sénégal pour ce projet, répondant à un souci majeur de préservation de la santé des populations et de la qualité de l’environnement. «Ce projet doit déboucher sur la mise en place d’une unité de traitement des déchets électroniques au Sénégal », a-t-il ajouté, avant d'appeler notamment le secteur privé à s’investir dans le secteur.

Le FSN a accepté de financer le projet, suite à une requête de la Cellule Sénéclic de la Présidence de la République. Son directeur, M. Ababacar Diop, a rappelé l’expérience novatrice de Sénéclic, développée actuellement sous l’impulsion du Président Abdoulaye Wade (avec le soutien d’AXA Assurances France et de la municipalité de Besançon).

Le projet « e-déchets Sénégal » permettra de :
  • faire un état des lieux de la gestion des déchets électroniques au Sénégal,
  • déboucher sur des recommandations visant à viabiliser les conditionsde recyclage,
  • mieux organiser le secteur, voire créer des emplois supplémentaires.
L’état des lieux sera réalisé sous la direction de M. David Rochat d’Empa (http://ewasteguide.info/), et l’exécution assurée sous la supervision de Mme Salimata Seck Wone par l’Institut Africain de Gestion Urbaine (IAGU), une référence dans le domaine.

La prise en compte de la problématique des e-déchets par les différents partenaires coïncide avec à la mise en place d’un Comité stratégique national sur la gestion des déchets électroniques.

Plus d’informations sur Sénéclic :www.seneclic.com
 
 
Le mot de HP

HP a acquis une grande expérience dans le domaine du recyclage au cours des 20 dernières années. En 2007, HP a recyclé plus d’un milliard de tonnes d’équipement électronique. Il est de notre responsabilité, en tant qu’entreprise TIC leader au niveau mondial, d’avoir une conscience sociale et environnementale lors du processus de fabrication de nos produits, ainsi qu’au moment de leur fin de vie.

En partenariat avec d’autres entreprises TIC, HP a mis en place la «Plateforme pour le Recyclage Électronique» (ERP), avec pour objectif la facilitation du recyclage électronique en conformité avec les lois de l’Union européenne. Actuellement, les 9 pays d’Europe qui produisent 85% des déchets électroniques européens recyclent leurs équipements électriques et électroniques via le système ERP. A ce jour, 157'000 tonnes d’e-déchets ont étés collectées.

Le continent africain présente de grandes opportunités de développement pour les TIC, avec des taux de croissance élevés. En 2006, les technologies de l’information et de la communication ont contribué pour 3,5% au PNB de l’Afrique.

En coopération avec le FSN et l’Empa, HP a mené en 2007 le programme de recyclage des e-déchets pour aider à rendre ce secteur viable. Avec ce programme, nous contribuons à une prise de conscience de la gestion des e-déchets en Afrique, qui doit aboutir à un plan d’action pour établir un système durable de gestion des déchets pour tout le continent.

Print Send to friend

Commentaires utilisateurs (1)
Commentaires en langue: Fr (1), En (0), Es (0)
Posté le yalbal, le 19-06-2008 14:53,
C'est incroyable que les déchets ordinaires (plastiques, ferrailles, habits, etc.) ne semblent préoccuper personne en Afrique. Alors que l'on prétend gérer les e-dechets dans cette Afrique qui, non contente de fournir au monde, disons à l'économie occidentale de nombreuses matières premières, ouvre grand ses portes à tout type de déchets de la folle surconsommation des pays repus. L'Afrique n'a besoin de solidarité que celle qui l'aiderait à s'en passer durablement, à commencer par acheter ses matières à des prix justes et équitables. 
Sinon de gestion de e-déchet, elle ne fera qu'en stocker.
 
» Signaler ce commentaire à l'administrateur
» Répondre à ce commentaire

Ajouter votre commentaire

Newsletter

Revue de Presse

 
Cap Vert / Les Ministres des Télécommunications se retrouvent à Praia le l6 octobre 2008 pour parler de questions liées au secteur

Qualilearning SA vient d’adhérer au 1% de solidarité numérique

Société de l'Information : le Congo adhère au Fonds de solidarité numérique